VELO CLUB CALADOIS
DN2

 

Vign_logo_patriote
Vign_ghjkl
Vign_1073
Vign_1074
Vign_1072
Vign_1076
Vign_1075
Vign_107
Vign_Sans_titre_f
Vign_Copie_de_vh
Vign_vh
Vign_c
Vign_2
Vign_3
Vign_1
Vign_jh
Vign_Sans_titre_2
Vign_Sans_titre
Vign_Sans_titre
Vign_Sans_titre
Vign_vvg
Vign_Sans_titre_12
Vign_Photo_004
Vign_jj
Vign_Sans_titre_3
Vign_Sans_titre_1
Vign_patriote7
Vign_patriote6
Vign_patriote5
Vign_patriote4
Vign_patriote3
Vign_patriote2
Vign_Patriote1
Vign_talpin_tape_fort
Vign_talpin_pile_a_l_heure
Vign_destin_croises
Vign_duperron_champion
Vign_ils_l_attendais
Vign_le_truc_de_fou_du_vcc
Vign_on_continue
Vign_a8a9d53f487a0b29d3c5e47f62ca43c0
Comme les coureurs l’avaient prévu, le contre-la-montre matinal hier entre Saint-Paul et l’Ermitage n’a fait que "lisser" les positions, accentuer quelques écarts, et en prime faire remonter Richard Baret. "Il n’y a pas de gros écarts sur le chrono, alors que je suis un spécialiste. Cela montre à quel point ce n’était pas facile de gagner ce Tour. Une minute d’avance après sept jours, ce n’est rien", jugeait hier Anthony Vignès, justement victorieux le matin. Richard Baret, lui, en terminant deuxième de l’épreuve à seulement seize secondes de Vignès, se permettait alors de repasser devant Brice Payet au classement général. L’après-midi, c’était le jour de rattrapage pour tout le monde. Et surtout, d’abord, pour Alexandre Aulas, vexé d’avoir raté son étape de la veille, qui a dû poser une dizaine d’attaques en début de course pour finalement toujours se faire reprendre dans la rue principal du Port. Au sein d’un vire-vire très plat et nerveux, c’est Nantes qui a tout vissé. Aucun bon de sortie n’a été accordé au final, et c’est donc un sprint massif que le peloton a offert au public portois, tout heureux de pouvoir accueillir cette année l’ultime étape du Tour. Et dans ce sprint à trois entre Sébastien Hoareau (VSD), Vincent Hénaff (NCB) et Grégory Brémanato (SAR), c’est bel et bien le premier qui s’est imposé, offrant donc à la Réunion sa deuxième victoire après celle de Franck Parmentier jeudi. "Ma pointe de vitesse est quand même ce qui me caractérise le plus. Ca met un beau point final à ma belle semaine. Mais je ne peux m’empêcher de regretter cette minute perdue lors de la première étape, qui m’aurait permis d’approcher la deuxième place. Pas la première, elle était inaccessible." Poings serrés, le Kréopolitain pouvait passer la ligne avec le sentiment du devoir accompli. La Réunion a fait le boulot.
Vign_prix_oyonnax2
Vign_cusset_4
Vign_30_mai
Vign_hoareau_arbent
Vign_anthony_le_patriote
Vign_vincent_canard_le_patriote
Créer un site avec WebSelf